Tina Bezzola


Le fait de changer de pays tous les trois ans, tout au long de mon enfance jusqu’à ma vie de jeune adulte, m’a offert une expérience dont je n’ai que tardivement compris la richesse.

Fille unique, dans chaque nouvel environnement (lieu, culture, tissus relationnels) j’avais à observer, scanner et comprendre afin de me faire une place. Cela pouvait être tout aussi ardu que stimulant, surprenant et enthousiasmant ; mais je n’avais bien évidemment aucune conscience des stratégies et compétences en processus de développement pendant ces années.

Et lorsque je me suis inscrite en faculté de psychologie, je n’évaluais pas combien cette quête de compréhension de l’humain et des relations avait été un moteur puissant et persistait à l’être.

Après l’obtention à Paris d’une maîtrise en psychologie, je me suis installée à Genève.

La satisfaction d’avoir obtenu un diplôme était présente mais je ne me sentais aucunement compétente pour accompagner des personnes en souffrance.

Je décidais donc de m’aventurer dans différents métiers, confiante de revenir un jour vers mon désir d’être psychothérapeute si celui-ci demeurait vraiment inscrit en moi.

Ainsi, vers trente-cinq ans, séduite par l’Analyse Transactionnelle j’entrepris une formation pour devenir clinicienne.

Sur ce chemin ma rencontre avec Bill Cornell fut déterminante dans la compréhension et l’exercice de la psychothérapie. A cela s’est rajouté le privilège, depuis bientôt vingt ans, de traduire dans ses ateliers thérapeutiques, puis dans certains de ses groupes de formation. Ma pratique ne cesse d’être enrichie par cette expérience.

Lorsqu’a germé le projet de traduire avec Patrick Bailleau « Une vie pour être Soi », ouvrage dans lequel Bill révèle son vécu intime de psychothérapeute, une magnifique aventure a pris forme dans le défi de « transmettre sa voix ». Dans le prolongement de celle-ci Norppa est née, enracinée dans le désir de partager et transmettre.